• Après la remonte du Rhône fin avril, le mois de mai est consacré aux petits travaux d'usage sur un bateau. Nous prenons nos marques et apprenons Fleur d'Avril par le menu. Début juin, nous profitons d'un bel après midi très calme pour sortir seuls sur le fleuve (voir galerie de photos).

    Les voisins de ponton nous ont dit: " c'est pas dur... arrivez tout doucement, virez large, regardez les drapeaux des autres bateaux, et les brindilles qui flottent. Vous verrez c'est pas dur !!!". Nous allons donc, comme des grands : sortir du port, naviguer (c'est pas le plus difficile) et..... (c'est là où l'affaire se corse) RENTRER AU PORT.

    La sortie s'est pas trop mal passée. Puis cap au nord en remontant le courant. Montée progressive en puissance du moteur pour trouver notre vitesse de croisière à 2200 tours. Agnès "monopolise" la barre et moi je respire le soleil et le vent tout en faisant quelques photos. Un kilomètre avant l'écluse de Vaugris, demi-tour en douceur. Plein sud, direction le Pont de Chavanay. Il y a peu de courant et avec 2000 tours c'est suffisant. On n'est pas préssés.

    Il faut que j'insiste pour barrer un peu. Passé Chavanay , re demi-tour et l'on remonte. Jusqu'à présent tout va bien! A 500 mètres du port , je ressens comme une p'tite "angoisse". Première rentrée. Doucement, virer large, les drapeaux, le courant, il ne faut rien oublier. Jusqu'à présent tout va bien! Nous nous glissons lentement entre les pontons D et E et là , notre place de port nous apparaît TRES ETROITE. Mais c'est rassurant de voir les voisins rappliquer pour vous donner un coup de main. La vitesse du bateau est trop faible. Un coup de gaz avant ! Trop vite!!!!! Un coup de gaz arrière ! C'est bon!! Ouf !!!. Agnès lance une première amarre, une deuxième. Des paires de bras immobilisent Fleur d'Avril. C'es terrible ce qu'il fait chaud c'taprem!!!!

    Jusqu'à présent tout va bien.


    votre commentaire
  • Notre première sortie en "solo" sur le Rhône
    Voir la galerie

    votre commentaire
  • Le 24 avril, Gérard et Michel me laissent faire une petite grasse matinée. Il nous reste 70 kms à parcourir. Nous avons tout notre temps.

    Il y a une petite brume sur le fleuve, pas une miette de vent pour l'instant. Je glisse en douceur en direction de la première écluse du jour : Bourg lès Valence. " Ecluse de Bourg lès Valence, écluse de Bourg lès Valence, bonjour, ici plaisance montante nous sommes au PK 108, PK 108, attendons instructions" Il parle bien ce Gérard, on voit qu'il à l'habitude. A la sortie de l'écluse de Bourg, un foutu vent de nord se lève et vient me chahuter un peu. Je ne suis pas faite pour les vagues mais mes deux coéquipiers ne s'en préoccupent guère. Ils sentent que la destination est proche alors il poussent les feux pour me faire prendre un peu de vitesse.

    Les écluses de Gervans et de Sablons passées. Michel appelle la Capitainerie du Port des Roches de Condrieu. Il reste alors moins de dix kms à parcourir. A bord, l'ambiance est au beau fixe, le ciel aussi, le vent est tombé. " Fleur d'Avril en approche du pont de Condrieu" Gérard prend la barre pour me conduire vers mon emplacement au ponton D. Les amarres volent vers le quai. Le Capitaine du port et son adjoint sont là pour m'accueillir.

    Emilie l'amie de Gérard a fait le déplacement. Agnès la copine de Michel a, comme d'habitude, tout prévu. Champagne pour tout le monde. Et moi je suis bien contente d'être arrivée. Michel, qui dispose d'une importante marge de progression pour ce qui concerne les passages d'écluses , mais est très fort en "stats", annonce à qui veut l'entendre " On a fait 258 kms en 31h30, ça doit faire une moyenne un peu au dessus de 8 km/h" . Personne ne l'écoute, si moi parce qu'il m'aime bien.

    Alors..... Fleur d'Avril


    votre commentaire
  • Le lendemain 23 avril, mise en route aux premières lueurs de l'aube. Nous entrons tout doucement dans l'écluse de Donzère. Impressionnant. Je me sens toute petite au fond de cette écluse profonde de 23 mètres. Les éclusiers nous montent en douceur, et me portent vers la lumière ainsi que mes deux acolytes. Je suis accueillie, tout en haut par le soleil qui pointe dérrière les pré-alpes. La journée sera belle.

    De fait les passages des écluses de Chateauneuf, du Logis neuf et de Beauchastel sont de simples formalités. Vers 17h30 Valence et le Port de l'Epervière sont en vue. Nous y passerons la nuit. Une bonne rasade de gas-oil étanche ma soif. Michel qui n'en loupe pas une, trouvera le moyen de se foutre à l'eau en accostant . Bah!!! une bonne douche chaude et il n'en paraît plus rien.

    Demain nous arriverons Aux Roches de Condrieu.

    A plus Fleur d'Avril


    votre commentaire
  • Ainsi, au matin du 22 avril je démarre en marche lente et entre dans l'écluse de Saint Gilles . Nous allons rejoindre le "Petit" Rhône. Tout se passe bien. Sauf que.... Michel est à la barre.

    Au moment de repartir je n'avance pas et me mets quasiment en travers. Pas de propulsion. Mon "pilote" avait oublié de rembrayer le moteur. Tout fini par s'arranger grâce aux conseils judicieux de Gérard. Nous entrons dans le Petit Rhône, vingt Kms plus loin, au nord d'Arles, nous rejoindrons le "grand" Rhône. Les écluses de Vallabrègues, d'Avignon et de Caderousse sont passées sans encombre avec des éclusiers sympas.

    En fin de journée nous accosterons au ponton aval de l'écluse de Bollène avec l'autorisation des éclusiers.

    A plus Fleur d'Avril


    votre commentaire